Archives pour l'étiquette naissance

Appréhensions à la veille de naître

« Tout se tait. Je suis monté sur scène. Je m’adosse à la porte et j’entends, Assourdi comme une voix lointaine, Un écho de tout ce qui m’attend.

La nuit noire a fait de moi sa cible Et braqué cent jumelles sur moi. Abba père, fais, s’il est possible, Fais que ce calice ne m’échoie.

Ton dessein têtu, pourtant je l’aime, Et ce rôle même est à mon gré, Mais un autre drame tient la scène: Donne-moi pour cette fois congé.

Mais on a pesé l’ordre des actes Et le terme, irrévocablement. Seul. Partout les pharisiens sont maîtres. Vivre est plus que traverser un champ. »

Boris Leonidovitch Pasternak.

 

Migration de l’âme dans le corps: quand, pourquoi…

J’ai fait le rapprochement entre deux livres: « Les neufs marches (de Daniel Meurois et Anne Givaudan) et « Un autre corps pour mon âme » (de Michaël Newton).

Dans le premier livre, les deux auteurs qui ont l’habitude de voyager dans l’astral racontent comment ils ont suivi pendant 9 mois la grossesse d’une femme et comment ils communiquaient avec l’âme qui allait s’incarner, comment elle vivait les métamorphoses durant la grossesse de sa future mère et pendant la naissance.

Dans le deuxième livre, des personnes sous hypnose, racontent leur mort, leur état et leur « vie » entre deux vies terrestres et la renaissance.

Pendant la grossesse, l’âme peut faire des allers et retours entre l’enfant en gestation et l’au-delà. Elle commence à le pénétrer quand commence le premier mouvement du coeur du futur corps (c’est-à-dire vers le 21 ième  jour après la procréation physique)-« Les neufs marches ».

« Oh, certaines âmes flottent plus que d’autres, entrant et sortant du corps du foetus jusqu’à la naissance… « – Un autre corps pour mon âme ».

Comme il est nécessaire que l’âme  se synchronise avec le cerveau du bébé, il y a un travail à faire pour s’ajuster à cet ego humain, lui offrant une force spirituelle. -« Un autre corps pour mon âme » et « Les neufs marches ».

En faisant des rapprochement avec celui de Ian Stevenson, « Réincarnation et biologie », il est dit que l’amnésie est imposée au seuil de chaque vie, afin que les expériences passées n’inhibent pas notre découverte de soi dans le présent.   Car se souvenir d’une vie antérieure est souvent une expérience difficile à vivre. Les enfants éprouvent des difficultés d’identité. D’autres, conscients d’être dans un petit corps, alors qu’ils ont souvenir d’un corps d’adulte  ou qui se souviennent d’une vie comme personne du sexe opposé, ont beaucoup de mal à accepter ce corps.

Dans le livre « les neufs marche », l’âme qui entre la première fois dans le corps de l’enfant:  » J’ai eu un peu mal. C’était une pesanteur sur la poitrine et une forte nausée. Mais pendant quelques instants, j’ai surtout cru que j’allais étouffer, que j’étais immense, complétement dilatée dans quelque chose de minuscule… »,

Dans le livre « Réincarnation et biologie », une petite fille : « Ne m’appelez pas Dulcina. Je suis Zeca, un homme et je suis marié ».

Bien que l’amnésie nous empêche d’avoir pleinement conscience d’un plan de vie préétabli, notre inconscient détient la clé qui mène au souvenir du scénario global de notre vie.

Et puis il y a la promesse des deux âmes (mère et enfant), d’accomplir  leur « contrat ». Comparant la vie à une pièce de théâtre cosmique, nous y jouons le rôle principal. Ne dit-on pas que nous vivons chacun, dans notre monde. Les personnages qui compteront dans notre vie, nos partenaires  de vie (parents, frères et soeurs, enfants, etc.) ont fait le choix, avant de revenir sur terre, pour jouer tel ou tel rôle.