Archives pour l'étiquette Emmanuel Macron

Notre jupitérien….rétrograde

« C’était un coq fraîchement coulé mais très pondéré et réfléchi. Il était né vieux. Il n’était pas comme tous ces oiseaux du ciel, les moineaux et les hirondelles qu’il méprisait… ». Hans Christian Andersen, Le Coq de Poulailler et le Coq de Girouette.

Sagittaire Ascendant Capricorne

Tendu vers un idéal élevé, il cherche à le concrétiser sous une forme réaliste. Il a de grandes qualités de sérieux et d’honneur.  Son sens du devoir est très développé.

Sa volonté est à la fois son point fort et son point faible.

Il ne prend jamais d’engagements ou d’initiatives à la légère, mais une fois son parti pris, il s’y tient sans se laisser influencer ni par les événements, ni par les contradicteurs. Il tolère d’être jugé sur les résultats mais n’accepte pas les remarques ou les réserves en cours d’activités. Attention à toute personne qui le contredit, tente de l’influencer ou s’il s’oblige à faire abonder dans son sens des interlocuteurs qui manifesteront leur désaccord à ses propos ou comportements. Travailler avec lui est délicat dans la mesure où il ne supporte nulle intervention extérieure dans son travail. L’on peut envisager une collaboration ponctuelle avec lui ou travailler en équipe, mais il est trop indépendant pour désirer en fait lier son sort à quelqu’un en particulier. Il se peut que sous la pression des circonstances, il en vienne à conclure une association particulière, mais il la rompra dès qu’elle ne sera plus à ses yeux justifiée. Aussi est-il à peu près impossible d’entrer avec lui dans des relations de partenaires privilégiés à moins de le connaître de très longue date ou d’appartenir à sa famille. Auquel cas, il ne refuse pas d’envisager une mise en commun des moyens et des projets, des capitaux et des bénéfices.

La France a besoin d’un chef de l’Etat « jupitérien », estime l’ancien ministre.

 « Je ne regarde pas la France au prisme déformant d’une ambition personnelle, mais à travers un attachement viscéral. »

Dans une autre vie, son efficacité sociale réelle laissait largement à désirer. Il avait appris à bien utiliser les autres, à prendre ce qui ne lui était pas donné. Il avait des tendances très marquées pour le risque et le jeu. Il en a gardé ces tendances. Il s’est risqué à se jeter dans la bataille de la présidence. Il a gagné. Mais si un jupitérien rétrograde est ambitieux et s’il a de la volonté, il ne dispose pas des moyens  pour arriver à ses fins (karma rétributif négatif oblige). Quand il se trouvera en difficulté (ce qui ne manquera pas d’arriver), il se retranchera derrière sa malchance (ce ne sera pas de sa faute si ses partenaires ne tiennent pas leurs engagements). Il est capable de prendre en matière d’investissement des risques inconsidérés. Il n’est pas à l’abri, au cours de son mandat, de spéculer avec exagération sur des entreprises hasardeuses qui ne présentent pas toutes les garanties de réussite et il est capable de les mener à l’échec (printemps 2019 et 2022).

Comme il sait qu’il peut faire des erreurs de jugement et ne pas pouvoir tenir ses engagements, il prend conseil avant de s’engager mais Je pense que quelque fois, il sera surprenant : Il sera capable de se mettre en colère, de rabrouer ses subordonnés, ses collaborateurs. Il n’hésitera pas à employer des moyens « radicaux » pour atteindre ses buts. Début été 2021, il aura du mal à freiner son tempérament, ce qui le poussera à des choix arbitraires.

La période sera difficile jusqu’en hiver 2018, les opportunités de croissance et d’expansion étant limitées. Il va éprouver beaucoup de frustration. Les autres auront un effet inhibiteur sur lui : il proposera de nouvelles idées qui rencontreront la défaveur des conservateurs. Il fera face à des critiques. Il pourra montrer son impatience, comme l’a fait en son temps Nicolas Sarkozy (dans les moments de fatigue intellectuelle).

Ensuite, il lui faudra se confronter aux résultats des choix pris, des méthodes qu’il aura utilisées pour atteindre la réalisation de ses projets.

PREVISIONS 2017/2020 d’Irène Andrieu

« Parlons maintenant de deux sujets qui motivent beaucoup les médias

Qui pourrait l’emporter aux prochaines élections ? 

Quand j’ai eu connaissance des dates possibles des futures élections présidentielles, j’ai constaté deux tendances assez différentes. Si le premier tour avait lieu le dernier dimanche d’avril, cela risquait de représenter un combat de coqs tous plus prétentieux et accusateurs les uns que les autres. Ce qui semble bien se produire déjà dans les interventions publiques des divers leaders politiques. Dans ce contexte, le second tour, ayant lieu le premier dimanche de mai 2017 viserait surtout à ramener un peu d’ordre parmi la multitude des propositions potentielles et François Hollande aurait plus de chances de l’emporter qu’il n’y paraît actuellement. Ce qui n’aurait pas été le cas si les deux tours des élections avaient eu lieu le premier et le deuxième dimanche de mai.

En effet, ce première dimanche du mois, Jupiter direct opère une conjonction exacte à la position du  Neptune de François Hollande en Balance en maison VI et un carré à son Uranus natal. Il peut apparaître ainsi comme le seul à pouvoir rétablir un climat de pacification sociale dans le contexte encore assez perturbé de l’époque.

J’avais bien pensé à Emmanuel Macron comme le candidat finaliste du parti socialiste, mais il n’avait pas encore à l’époque manifesté une forme de dissidence par rapport à la majorité actuelle. S’il l’emportait, on pouvait craindre que l’image de pouvoir excessif représenté par Pluton rétrograde intercepté dans son thème natal n’intervienne plus ouvertement dès lors qu’il aurait l’occasion de le manifester publiquement. Or, les accusations d’abus financiers portées contre lui actuellement ne plaident pas en sa faveur et elles risquent de s’aggraver sur le plan des conséquences juridiques qui peuvent en résulter.

Qu’en est-il sur le plan international donc en astrologie mondiale ? 

Le climat actuel de terreur et de violence est-il durable et existe-t-il des solutions prévisibles sur ce plan (en prévisions astrologiques bien entendu) ? Je prends en compte dans ma réflexion sur ce sujet la triple conjonctions Pluton-Jupiter-Saturne qui se produira en 2020 sur les derniers degrés du Capricorne, et je constate que cette date commence à apparaître depuis peu dans les discours des hommes politiques concernés. Or, cette dernière est assez parlante sur le plan historique si l’on se réfère à la période de la guerre du Golfe, fortement marquée par un regroupement planétaire dans le même signe, et qui connut son terme lors de la double conjonction Jupiter-Nœud Nord-Soleil sur le 28e degré du même signe. Le même phénomène semble donc se répéter sur le même degré. Et l’on peut aussi traduire cela sur le plan des décisions qui peuvent être prises pour une meilleure sécurisation de nos frontières, au point éventuellement d’en contrôler excessivement l’accès à toute personne qui ne répondrait pas à des conditions prédéfinies sur le mode saturnien : une forme de rigueur dans l’absolu.  Il est possible aussi que sur le plan commercial, la restriction des conditions de passages aux frontières limite assez sensiblement la circulation des marchandises.

Quand on parle actuellement de retour à l’Union Européenne initiale, cela apparaît dans ce contexte astrologique comme une possibilité qui n’est pas négligeable à court terme. Comme l’a dit un historien bien connu « l’histoire balbutie », car des situations assez comparables engendrant les mêmes conclusions finales se sont déjà produites sous le règne de Jules César et de Charlemagne qui en étendant les frontières de leurs royaumes en direction de l’Est avaient rendu ces dernières incontrôlables.   Attendons donc aussi paisiblement que possible la fin de l’année 2020 pour voir ce qu’il en est. »