Mémoire d’outre-tombe

« Les masques de théâtre, généralement stéréotypés (comme dans le théâtre japonnais), soulignent les traits caractéristiques d’un personnage : roi, vieillard, femme, serviteur, etc…Il existe un répertoire de masques, comme de pièces de théâtre et de types humains. L’acteur qui se couvre d’un masque s’identifie, en apparence ou par une appropriation magique, au personnage représenté. C’est le symbole d’identification. Le symbole du masque s’est prêté à des scènes dramatiques, dans des contes, des pièces, des films, où la personne s’est identifiée à tel point à son personnage, à son masque, qu’elle ne peut plus s’en défaire, qu’elle ne peut plus arracher le masque ; elle est devenue l’image représentée. …on conçoit aussi que l’analyse s’exerce à arracher les masques d’une personne, pour la mettre en présence de sa réalité profonde. » -Dictionnaire des symboles, Jean Chevalier, Alain Gheerbrant.

Reprenons avec le thème astral.

A chaque nouvelle vie, l’entité a endossé le costume, mis le masque qui correspondait au personnage d’une histoire de vie. A chaque fin de vie, elle emporte avec elle, dans son bagage mémoriel, des restes du personnage passé (que l’on retrouve dans les rétrogradations, les interceptions, le Nœud Sud, la Lune Noire, les aspects). Selon l’intensité de l’identification au personnage passé, elle reconnaît ces différentes images de soi, ces différentes visions de la vie, comme étant les siennes. Au travers de l’analyse de notre thème natal, nous explorons les moteurs psychologiques qui sont à l’œuvre derrière ces difficultés de base.

Javier Aragon et le processus de réincarnation

« Notre passé de cette vie ou passé antérieur à cette vie, nous a fait subir des bouleversements traumatisants (que ce soit par des actions concrètes ou par omission), qui nous font souffrir et nous blessent profondément, comme autant de points très sensibles et vulnérables qui nous affectent intensément. Nous essayons de les oublier, de les éviter, de minimiser leur importance, de prétendre qu’ils ne comptent pas ou qu’ils n’ont jamais existé ou qu’ils ne se sont pas produits.

Le but dans cette vie, est de faire face à des expériences difficiles, afin de régler certaines dettes, de dépasser les difficultés qui restent en suspend et de pouvoir poursuivre notre chemin d’évolution, une fois ces leçons assimilées. Ces leçons ne sont ni gratuites, ni aveugles, dans la mesure où elles sont la conséquence logique de nombreuses erreurs passées.

Tantôt, les qualités, énergies, attitudes, expériences, etc., se soustraient à la vue des autres, par évitement du rejet, de la critique, de la censure, au réveil d’une blessure passée, reçue ou donnée.

Tantôt, ces même qualités, énergies, etc. nous nous les cachons à nous-mêmes, c’est-à-dire que nous les censurons, réprimons, nions, éludons, jugeons non pertinentes, comme une faiblesse, une source de souffrance, ou au contraire une force, quelque chose de mauvais en nous que nous voulons rejeter. Tout se passe dans l’inconscient.

Ces énergies sont actives, sans que nous nous en rendions compte, et finissent (faute d’avoir été traitées) par resurgir dans la vie, d’une manière irrépressible, négative, destructrice et très primaire. Ce sont nos « ennemis occultes », cela même de la maison XII.

Comme la similitude est un phénomène d’attirance, tout ce qui a été enfoui dans l’inconscient attire finalement, des situations et des personnes, à qui, de manière inévitable et incontournable, nous devons avoir affaire et qui, paradoxalement, incarnent ces même attributs que nous détestons, que nous rejetons ou que nous ne voulons pas affronter.

Dans le processus d’une démarche de connaissance de soi, nous allons sentir nos faiblesses, nos traumas, ces points vulnérables et douloureux, les reconnaitre, les assumer, les accepter, les intégrer à la personnalité entière, pour qu’enfin ces « ennemis cachés » cessent d’être ce qu’ils sont et se convertissent en alliés, pour devenir des « forces cachées ».

De ce fait, nous accordons ces parties difficiles de notre être, pour devenir un individu authentique, conscient, mature, aimant son prochain comme soi-même, plus accompli, avec une énergie et une capacité totales au bonheur.

Le chemin est difficile. Des étapes inconfortables surgissent sur ce chemin de croissance, des moments de souffrance, voire douloureux. Mais il est nécessaire d’accéder à ces moments pénibles pour les transcender, pour découvrir le plus qui se cache, qui désire être révélé.

Dans le cas où ces énergies (planètes) restent latentes, inactives, jusqu’à ce que se présentent à nous des situations urgentes, de crises, de difficultés, d’épreuves, alors, ces ressources (qui semblent nouvelles), ces forces cachées apparaissent au grand jour, les vicissitudes de l’existence les rendant nécessaires.

Ces énergies peuvent prendre différentes modalités :

-expérimentation dans notre propre chair, nous permettant d’avoir facilement de l’empathie pour des personnes qui passent par des situations similaires.

-canalisation positive des énergies dans le sens de l’aide, les services ou les soins aux autres.

-application plus étendue, comme pour en faire bénéficier un plus grand nombre (un groupe ou une collectivité).

-à un niveau de plus grande subtilité, ces énergies se mettent au service du spirituel ou trans-personnel (transcender ses souffrances par exemple).

-les énergies peuvent nourrir le monde intérieur, riche en image et l’expression devient artistique ou créatrice (sublimation des souffrances dans l’inspiration). »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.