Archives pour la catégorie Astrologie

Le mouvement des gilets jaunes

Le mouvement des gilets jaunes

est un mouvement génial des justes.

Le gilet jaune assure la sécurité dans une situation à risque où deux parties sont en présence, l’une disposant d’un véhicule ayant tendance à rouler trop vite par négligence de l’autre partie : le piéton. Il symbolise ainsi la protection rendue nécessaire par la confrontation entre deux mondes ou modes de vie, lent et rapide, influent et négligeable, riche et pauvre, ceci me paraissant important pour comprendre la portée du mouvement.

Sur les autoroutes, le gilet jaune assure la sécurité de l’ouvrier qui risque sa vie pour sécuriser celle d’autrui. Il assure également la sécurité des deux parties confrontées lorsqu’une panne pourrait être à l’origine d’un accident. Or la nécessité de se protéger tout en protégeant en même temps autrui relève d’une action responsable mais qui doit surtout être juste, car un équilibre bien dosé est nécessaire entre deux extrêmes: ne pas bien se faire voir met tout le monde en danger et inversement, trop se faire voir peut engendrer un blocage ou un ralentissement excessif qui cause un accident : la façon dont le gilet jaune se positionne sur la route en régulant éventuellement le trafic nécessite un réglage juste.

Le gilet jaune implique donc un sens de la bonne mesure pour sécuriser les deux parties en confrontation: le riche bolide et le pauvre piéton. La sécurité est encore augmentée lorsque le premier peut s’habituer à la présence du second : c’est le cas lorsqu’il y a tout le temps des travaux sur l’autoroute. J’en déduis que la portée symbolique de ce mouvement est conditionnée à une action à la fois mesurée et prolongée.

Passons donc maintenant du terrain restreint de l’autoroute à celui de tout notre système économique et social, que le mouvement des gilets jaunes menace à juste titre de bloquer. Le gilet jaune ne veut pas renverser le système, il veut seulement obliger le système à ralentir sa course à l’argent roi pour assurer la sécurité de tout le monde. Le système a besoin de fonctionner sans être bloqué ou ralenti par des travaux-manifestations, lesquels sont pourtant nécessaires pour contraindre le système à ralentir.

Cette exigence signifie que l’on ne peut pas laisser les pauvres, ouvriers ou personnes en panne, travailler pour les riches, ceux qui circulent plus et plus vite, sans contraindre ces derniers à ralentir c’est à dire gagner moins d’argent, pour que les pauvres puissent eux-mêmes vivre en sécurité c’est à dire remplir leur frigo.

Le mouvement des gilets jaunes est ainsi symboliquement un mouvement de décroissance et de redistribution des richesses, compatible avec la nécessité de dépolluer la planète mais incompatible avec l’ultralibéralisme fou (bolide ou titanic) qui nous a été imposé par les USA pour fonder l’Europe elle-même. Il fait ainsi renaître les espoirs de se libérer d’une Europe malade du fléau qui nous vient de l’ouest, pour retrouver une souveraineté seule capable de restaurer la liberté, l’égalité et la fraternité que la France est en train de perdre à vitesse grand V.

En pratique, ce mouvement est génial car dans son principe il donne la possibilité à chaque citoyen de bloquer le système en toute légalité toute proportion gardée, en se postant simplement avec un gilet sur un passage piéton. Il donne la possibilité à des groupes de quelques personnes de bloquer la circulation aux ronds-points, de façon dosée de manière à ne pas nuire et finir par trouver la bonne mesure. Cela est très puissant, d’autant plus que cela redonne un sens à la vie d’une multitude de plus ou moins pauvres de toutes origines qui participent à ce mouvement, lequel est par dessus le marché un mouvement de solidarité où l’on partage des biens et des informations.

La seule ombre que je vois au tableau du mouvement des gilets jaunes est qu’il pourrait être récupéré par les meneurs du système, c’est-à-dire par les pouvoirs qui influencent les pions qui nous gouvernent, pour provoquer l’effondrement financier catastrophique qu’ils savent devoir advenir dans les années qui viennent. Au niveau de ces pseudo-élites (bancaires en particulier) qui ont le pouvoir de manœuvrer la politique européenne, on sait qu’il y aura prochainement un effondrement systémique car notre système financier est complètement corrompu et à bout de souffle et son euthanasie s’impose à cause du cancer avancé provoqué par les planches à billets, les taux négatifs, etc..

Dans mon dernier livre Le pic de l’esprit, je parie sur l’année 2020 mais la grande crise est régulièrement annoncée comme imminente et certaines dates de déclenchement sont parfois données, qui se concentrent souvent entre 2019 et 2021 ou sont encore plus tardives.

Il est dit que cet effondrement devrait immédiatement créer un collapse économique avec tout ce qui s’ensuit: plus d’essence, plus rien dans les super marchés, paniques, pillages et risques de guerres civiles, etc. J’imagine d’ailleurs que son anticipation est la vraie raison pour laquelle la possibilité d’imposer un état d’urgence prolongé a déjà été préparée avec l’excuse du terrorisme depuis des années. L’Allemagne a d’ailleurs demandé à ses citoyens de faire des réserves d’eau et nourriture depuis fin 2016 et l’on parle aujourd’hui de plus en plus d’un effondrement possible même dans nos propres médias mainstream, permettant ainsi au peuple de s’y préparer.

J’en viens maintenant à l’ombre elle-même. Comment ne pas imaginer que sachant tout cela, le pouvoir financier puisse avoir l’idée de provoquer cet effondrement, peu avant qu’il ne devienne inévitable, en le laissant venir non pas d’une défaillance systémique comme en 2006 mais plutôt d’une insurrection des peuples contre la politique de leur pays ? Si l’effondrement était en apparence provoqué par une défaillance des peuples qui l’auraient engendré par ralentissement de l’économie à cause de blocages et violences exagérés, ces peuples seraient poussés à en endosser la responsabilité alors même qu’elle incomberait en réalité au système financier lui-même, même s’il n’instrumentalise pas le mouvement. Ce système pourrait alors beaucoup plus facilement se maintenir à l’issue de l’effondrement, après que tout soit plus ou moins rentré dans l’ordre né du chaos, et les meneurs lavés de toute responsabilité pourraient même resserrer leur emprise esclavagiste sur les peuples.

Personnellement, je ne pense pas que cela arrivera, d’une part parce que l’ordre né du chaos sera à mon avis beaucoup plus créatif que l’ordre mondial imaginé par les meneurs, d’autre part parce que ces derniers sont beaucoup moins intelligents qu’il est d’usage de le penser, étant eux-mêmes menés par des entités qui exploitent leur bêtise et leur enfermement dans le parc de la pensée (voir Le pic de l’esprit page 274 où je rappelle en particulier qu’il n’y a aucun complot dans cette affaire).

Par ailleurs, l’effondrement du système financier déboucherait forcément pour beaucoup d’entre nous sur une grande joie libératrice, susceptible de transformer le mouvement des gilets jaunes en un immense mouvement de solidarité qui saura gérer la redistribution des richesses aux moments les plus difficiles que nous aurons à vivre : le pouvoir de l’argent sera dépassé.

Je peux avoir tort par excès d’optimisme et s’il était instrumentalisé, ce serait une véritable ombre au tableau de ce mouvement pourtant génial des gilets jaunes. La seule sauvegarde pour éviter ce scénario négatif est que les gilets mettent de la mesure dans leurs actions justes de manifestation et de revendication. Les gilets jaunes en sont capables et c’est ce qu’il font, comme par exemple avec leur demande du Référendum d’Initiative Citoyenne (RIC). Ils pourraient alors devenir des justes qui par leur action héroïque parviendraient à imposer une lente transformation du système qui finisse par mettre au grand jour des médias mainstream les véritables fléaux qui font de nous des esclaves et qui sont occultés depuis trop longtemps. Alors je sais que je rêve mais je connais aussi l’impact de ce genre de rêve. Tout serait alors gagné d’avance et plus jamais un système fondé sur l’encouragement à faire de l’argent avec de l’argent, à spéculer ou à toucher des intérêts indus ne saurait parvenir à s’imposer à nouveau par la suite.

Je me plais ainsi à penser que le mouvement des gilets jaunes nous vient d’un futur où la France a réussi à changer le système.

Mais ce n’était qu’un rêve du futur inspiré par la coïncidence suivante:

« Le mouvement des gilets jaunes » est l’anagramme exact de:

« Le mouvement génial des justes »

Philippe Guillemant, le 11/12/2018

La conjonction Saturne-Pluton en 2019-2020 par Patrick Giani

La conjonction Saturne Pluton en Capricorne de 2019-2020 marquera un tournant essentiel dans l’Histoire de l’humanité.

Comme cette conjonction des deux planètes lentes a lieu tous les 40 ans environ, elle se reproduit dans le même signe grosso modo tous les 500 ans. C’est pourquoi, si nous souhaitons comprendre de quelle façon elle va agir dans le signe du Capricorne, nous devons consulter notre « machine à remonter le temps » (les éphémérides) afin de voir dans quel contexte elle a présidé dans ce signe la dernière fois.

La précédente conjonction de Saturne et Pluton en Capricorne eut lieu dans les années 1518 à 1520, dont nous retiendrons deux faits majeurs : la naissance du protestantisme et l’arrivée des conquistadors en Amérique centrale (découverte de la civilisation Mayas en février 1517 et celle des Aztèques en mai 1518).

Concernant la naissance du protestantisme c’est Martin Luther qui en est l’instigateur, en placardant en octobre 1517 sur les portes de l’église de Wittemberg ses 95 thèses condamnant le commerce des indulgences (la rémission des péchés contre « espèces sonnantes et trébuchantes ») pratiqué par l’Église catholique, et plus durement encore les pratiques du haut clergé, principalement de la papauté, qui s’octroyait quelques libertés (sexuelles notamment).

L’histoire semble donc se répéter puisque de nos jours l’église catholique romaine, suite aux scandales des prêtres pédophiles, perd de plus en plus de fidèles. Quant à la religion islamiste, elle aussi perd de sa crédibilité depuis la série des attentats commis par les djihadistes. On constate donc un éloignement – voire un rejet – des religions et, parallèlement, un intérêt croissant envers tout ce qui touche à la spiritualité, sans règles ni dogmes il va de soi…

Au XVIè siècle, on rêvait d’un « nouveau monde » en s’élançant à la conquête de terres nouvelles au delà des océans, mais comme il n’y a plus de terres sur notre globe à conquérir alors l’on se tourne vers l’INTERIEUR. C’est la recherche du bonheur, du bien-être et de l’Amour véritable qui motive maintenant les explorateurs de l’inconscient et de l’âme, en quête d’une Nouvelle Terre.

La conjonction Saturne Pluton

La conjonction Saturne Pluton en Capricorne

C’est la rencontre de deux planètes lentes dans le signe de Terre du Capricorne, où Saturne règne en maître.
Saturne c’est « tout ce qui est dur et qui dure ». En l’occurrence la pierre, donc toutes les constructions édifiées par les hommes au fil du temps. Si certaines ont résisté avec succès aux affres du temps, telles les pyramides égyptiennes, on ne peut en dire autant des constructions contemporaines. Les récents effondrements de certains ponts en Italie et de quelques immeubles vétustes dans nos villes laissent penser que ladite conjonction pourrait multiplier ce genre de catastrophes. Et les pouvoirs publics n’auront certainement pas le temps de mettre en place un plan de rénovation d’ici la fin de 2020 (date de la dernière conjonction des deux lentes).
Comme les terres de notre planète seront également concernées, nous devons nous attendre à quelques déplacements des plaques tectoniques, avec risques de séismes et donc de tsunamis et de coulées de boues. Quant aux icebergs, promis jusque là à l’éternité, le rythme de leur fonte pourraient bien s’accélérer…

La conjonction Saturne Pluton et l’effondrement du vieux monde

Saturne, c’est également la loi, toutes les lois qui sont faites pour durer dans le temps afin que règnent l’ordre et la Justice. Là encore, la réunion du Grand justicier (Pluton) et du Seigneur du karma (Saturne) est susceptible de faire voler en éclats les institutions, remettant en questions le rôle et le fonctionnement de certaines administrations qui ne peuvent plus s’adapter à la modernisation. L’éducation nationale, par exemple, qui est de plus en plus dépassée par les nouvelles technologies et qui ne répond plus à la demande des parents d’élèves. Le nombre de demandes d’accession aux établissements privés, telles les écoles inspirées par les méthodes Montessori ou Steiner, est en forte hausse et continuera certainement de progresser.
Idem pour le ministère de la Justice et surtout les établissements pénitentiaires, qui sont devenus en quelques décennies pratiquement ingérables, quel que soit le nombre de prisonniers car rien n’est fait en amont pour éviter les récidives ou proposer des alternatives. La fonction publique, elle aussi, aura à pâtir des réformes nécessaires, quitte à perdre certains privilèges. Quant au monde de la finance, il risque fort d’être sérieusement ébranlé d’ici la fin 2020. Comme je l’écrivais dans un article fin 2008, la traversée de Pluton en Capricorne correspond à la fin du capitalisme. Comme Pluton amène au grand jour les intrigues, les complots, les malversations, les fraudes, les injustices et les arnaques, il se pourrait que l’on remette en question la fameuse « dette publique » qui est à l’origine de tous les problèmes économiques, sociaux et culturels de ces cinquante dernières années (lire cet article sur la loi du 3 janvier 1973).

Bref, nous le voyons, beaucoup de secteurs de notre société auront à subir les conséquences de ce « remue ménage » imposé par la réunion de ces deux planètes dans le signe austère (mais sage) du Capricorne. A signaler que cette conjonction des deux lentes aura lieu trois fois: une première fois début avril 2019, une seconde fois en janvier 2020 (exacte) et une dernière fois en novembre 2020. Voici la carte du ciel de la lunaison du 5 avril 2019, qui est très parlante puisqu’elle montre la conjonction Saturne-Pluton au Noeud Sud de la Lune, au carré des luminaires en Bélier (nous aurons l’occasion d’y revenir dans quelques mois).

La conjonction Saturne Pluton et les indices cycliques

Tout ce qui précède est confirmé par les courbes des indices cycliques d’André Barbault, qui ont fait leurs preuves depuis leur première publication en 1978.
Ces courbes rendent compte d’une cotation exacte des dix grands cycles planétaires. Lorsque ces cycles sont dans leur ensemble en phase de 0° à 180°, les planètes s’éloignent les unes des autres et l’indice est donc croissant, ce qui se traduit par une courbe ascendante. Lorsque les cycles décroissent dans leur grande majorité de 180° à 0°, les astres se rapprochent  les uns des autres, l’indice est donc en baisse et se traduit par une courbe descendante. Dans les deux graphiques ci-dessous, nous voyons très nettement les creux qui correspondent à la période 2017-2021.

La conjonction Saturne Pluton et la Nouvelle Terre

A la lecture de ce qui précède, je vois déjà certains lecteurs froncer les sourcils… mais je tiens à les rassurer,  je ne suis pas catastrophiste. Ceux qui me connaissent savent que je suis de nature plutôt optimiste, mais cela ne m’empêche pas d’être réaliste. Je ne suis pas le seul à le dire, tous les paramètres (économiques, écologiques, énergétiques, démographiques) sont actuellement réunis pour que l’ancien monde change ou… disparaisse. Mais, paradoxalement, de cet effondrement est en train de naître le nouveau monde, celui que les esprits éveillés appellent la Nouvelle Terre.
En cette époque troublée mais grandement évolutive, l’être humain est en train de (re)découvrir son pouvoir créateur, ou plutôt co-créateur. Lentement, mais de plus en plus rapidement, les voiles de l’illusion se lèvent, la vérité sur son conditionnement apparaît, avec tous les mensonges, les compromis, les résistances au changement qui pourtant s’impose de plus en plus. En conséquence, les révoltes contre les institutions (comme celle des gilets jaunes) vont certainement se multiplier car c’est l’un des premiers pas vers la libération. Mais le but final, en fait, est la libération de l’âme et cela n’appartient qu’à l’individu, et SEULEMENT à l’individu.

Car rien n’arrive par hasard, tout ceci relève d’une logique implacable. Et c’est Saturne qui nous permet de comprendre pourquoi. Saturne, c’est le Chronos des grecs et donc le TEMPS (dont on retrouve la racine dans les mots chronomètre ou chronologie). Dans cette période délicate et cruciale pour l’humanité, il vient nous poser les bonnes questions : qu’avez-vous construit de solide, de durable, de sage, pour la société ? Avec votre obsession de la croissance, du profit et de la concurrence, n’avez-vous pas brûlé quelques étapes, n’avez-vous pas précipité vous-mêmes votre chute ? A vous maintenant d’en tirer les conséquences et de redresser la barre pendant qu’il est encore temps….
Et Saturne est juste, il est loyal car il nous donne l’occasion de réfléchir à ce qui peut nous « sauver » en ces temps difficiles. Tout d’abord, la conjonction avec Pluton qui a également une fonction positive : faire le ménage, élaguer, purifier, couper et même jeter tout ce qui ne tient plus la route, tout ce qui gêne ou empêche la juste rétribution des biens et des richesses. Il a soif de Justice, Pluton. Il requiert de chacun de nous de la TRANSPARENCE.
Pour nous y aider, la conjonction Saturne-Pluton nous offre un aspect harmonique : le sextile à Neptune en Poissons. C’est la foi, ce sont les idéaux élevés qui doivent revenir au premier plan dans notre existence si nous souhaitons passer le cap de cette décennie. Nous en avons le devoir, nous en avons la capacité et nous en aurons les moyens… si nous le voulons bien !

La conjonction Saturne Pluton et la Renaissance

Regardez à nouveau le graphique des indices cycliques, et tout particulièrement celui du bas. Après le creux de 2018-2019, nous constatons que l’indice remonte aussi haut qu’en l’an 2000. Comme je l’ai écris dans mon dernier livre « Il est temps que l’on s’aime » ne perdons pas espoir car le meilleur est à venir :

« Nous commençons enfin à récolter les fruits de nos efforts. Alors que le monde de la matière se désagrège de plus en plus, que les scandales du monde politique et financier éclatent au grand jour, on assiste à une demande plus en plus croissante de transparence, d’honnêteté et d’authenticité. Les journaux télévisés et les émissions spéciales parlent quotidiennement de ce qui, autrefois, était caché ou inconsciemment occulté, tels la fabrication de nos aliments par les usines de surgelés, la filière bio, les élevages industriels, comment sont fabriqués les jambons, les produits laitiers, etc.
Idem pour le fonctionnement des grandes institutions, le scandale des gros salaires, les magouilles des fonctionnaires, le dopage des sportifs, la façon dont ils font travailler les énormes sommes d’argent grâce aux paradis fiscaux, bref la liste est longue…
Et parallèlement, on voit ça et là l’émergence de start-ups innovantes qui proposent des produits qui facilitent la vie des êtres humains, qui créent des emplois non asservissants, de jeunes gens qui osent remettre en question le concept même du travail et de la hiérarchie au sein de l’entreprise, des créateurs qui partagent leurs connaissances en vue d’améliorer la qualité de vie de leurs concitoyens, des philosophes et des spiritualistes qui amènent des courants de pensée basés sur la sagesse, la solidarité, l’harmonie, la paix de l’esprit et la joie du cœur.
Si bien que, dans quelques années, la “redistribution des cartes” et des richesses prendra de plus en plus effet au sein de nos sociétés. Seront enfin considérés et respectés ceux qui ont ramé pendant des décennies à rendre service autour d’eux, à donner généreusement de leur temps et de leur savoir faire pour participer à l’émergence de la Nouvelle Terre. Leur niveau de vie augmentera, ce qui leur permettra d’être encore plus efficace dans leurs activités. La différence avec leurs prédécesseurs est qu’ils ne penseront pas à s’enrichir ou à avoir la “grosse tête” car leur niveau de conscience leur aura fait comprendre la vanité de tout cela bien avant de connaître le succès.
Oui, demain sera le temps de la récolte pour vous et pour ceux qui vous sont chers. Vous aurez enfin les moyens de développer vos activités, de faire connaître vos créations, de proposer vos compétences et de faire valoir vos projets. On reconnaîtra enfin votre valeur, vos idées innovantes, votre talent ou votre sagesse. Vous aurez bientôt fini de galérer, de ronger votre frein et d’attendre que le monde change. Car vous avez compris que le changement doit venir d’abord de l’INTERIEUR, de chaque individu, tout comme le bonheur et l’amour. Vous avez compris tout cela et vous voilà prêts à RAYONNER enfin, afin que cela fasse boule de neige et que, lentement mais sûrement, la Nouvelle Terre devienne enfin une réalité. Votre réalité, notre réalité, notre création commune, notre Paradis terrestre, celui dont nous avons tous rêvé depuis des siècles… »

29 novembre 2018, Patrick Giani    https://jupitair.org/conjonction-saturne/pluton/

 

Choisir son camp…

Jusqu’en décembre 2020.

Qui cherche la guerre trouve ses opposants.

Qui déclare la guerre crée le camp adverse. Qui sont les adversaires ?

Qui sont les gentils et qui sont les méchants ? C’est eux, c’est nous.

Comme disent les médias, on joue au chat et à la souris. La souris d’aujourd’hui peut devenir le chat de demain. Au bout d’un moment, personne ne raisonne plus. Qui a commencé le premier à ne plus raisonner ? Celui qui a trop abusé ou celui qui n’a plus supporté l’abus ? Celui qui s’est révolté ou celui qui a réprimé ?

Les camps se définissent, s’organisent.

Lorsqu’un camp commence à se constituer, chacun doit réfléchir à la question : « Dans quel camp suis-je ? ».  Chacun a le choix. Nous avons toujours le choix.

Première stratégie : entrer dans le jeu.

Attaquer en masse choisit le premier camp. C’est sûr, ça soude ceux qui sont dedans. Manifester. Voir de ses propres yeux. Ils n’ont plus rien à perdre.

L’autre camp, être contre ce nouveau camp qui n’est pas encore bien solide. Tant qu’ils n’inquiètent pas trop la paix sociale.

Deuxième stratégie : choisir de ne pas choisir. Attendre. Voir venir. Faire comme si. Continuer sa vie. Se préparer pour ceux qui sentent venir les choses. Lesquelles ? Ils ne savent pas très bien, mais ils pressentent. Mais comment se préparer? Quoi faire ? Par où commencer ?

C’est sûr, nous désirons tous, enraciné en nous, l’ordre. Un monde stable, un monde cohérent, aux règles claires, arbitré par des arbitres impartiaux. Mais aussi, ce désir nous aveugle à l’injustice, tant il est douloureux de s’avouer que non, nous ne vivons plus en démocratie… pouvoir exercé par le peuple, par l’ensemble des citoyens.

Les événements à venir vont nous pousser à faire notre choix. De quel camp êtes-vous ? Des attentistes, des répressifs ou des révoltés, voire des révolutionnaires. Dans ma ville, une pancarte des gilets jaunes: 1789- 2019.

D’ici décembre 2020, tirerez-voussur le messager que vous accuserez d’aimer le chaos qu’il dénonce ?

 

 

Les traces du futur

« Ainsi le futur pourrait être déjà réalisé tout en restant modifiable et ce seraient ces modifications qui induiraient des phénomènes synchrones (voir Théorie de la Double Causalité). ». Philippe Guillemant  est Docteur en Physique du Rayonnement et habilité à diriger des recherches. Il exerce son activité au CNRS (UMR 7343, laboratoire IUSTI de Polytech’ Marseille) où il est Ingénieur de Recherche Hors Classe.

Pour réaliser un projet qui me tient à coeur, je crois disposer déjà de tout ce dont j’ai besoin pour réaliser mon projet, sauf peut-être quelques détails. J’ai la détermination très confiante de réaliser ce projet. Cette confiance m’apporte d’ailleurs l’assurance que je saurai gérer tous les détails à résoudre pour atteindre mon objectif. Et puis intervient le « hasard », l’élément clé, le déclencheur. Philippe Guillemant parle de synchronicités (ces coïncidences signifiantes, c’est-à-dire dont le caractère mystérieux est porteur de sens). Cela peut être tout simplement un livre qui me tombe sous la main, une rencontre, une coïncidence numérique, qui m’apporte cet élément indispensable (conseil, information,  idée, confirmation…), sans lequel je n’aurai jamais pu démarrer ou mener à bien mon projet.

Nous avons souvent l’impression que nous sommes incapables de programmer notre futur, particulièrement dans le cas où nous n’avons pas les moyens de réaliser celui que l’on souhaite.

Notre parcours de  vie se schématise sous la forme d’un Arbre de vie personnel, dont l’ensemble des  branches représente notre potentiel de choix par libre arbitre. La peur de vivre des expériences aventureuses, la recherche de sécurité, la paresse et le conditionnement social ont tendance à rendre nos vies dénudées et sans pour autant les débarrasser d’écueils.

Au final, quel que soit le scénario de fuite et d’oubli de la dimension verticale (voie qui mène à Dieu), notre vie se caractérise par l’absence de liberté authentique et de toute sensation de « chance ». Nous devenons avides de divertissement pour compenser l’ennui qui en résulte.

Bien que Philippe Guillemant n’écarte pas l’hypothèse de la réincarnation, pour lui, la théorie de l’existence de potentiels multiples non vécus, mais néanmoins réels, n’en a pas besoin. Nous ne pouvons pas vivre toutes les vies que proposent les branches de l’Arbre de Vie. Une seule de ces vies correspond à notre destinée. Nous avons la liberté de modifier à tout instant ce destin en choisissant notre chemin parmi tous les potentiels alternatifs qui l’accompagnent.

La voie qui nous mène à la réalisation de ce que l’on souhaite existe déjà, même si elle est improbable. Elle coexiste avec d’autres voies qui mènent vers l’échec, qui eux, connaissent une plus forte probabilité, tant que l’on ne connait pas l’élément clé de la réussite. La solution consiste donc à augmenter la probabilité de la voie du succès, jusqu’à ce qu’elle dépasse celles des autres voies.

La Loi de Convergence des Parties est une Loi hypothétique et manquante reposant sur le déterminisme inversé et permettant de calculer le passé à partir du présent ou le présent à partir du futur. Cette loi est fondée sur la réversibilité des équations fondamentales de la physique. Imaginons que cette loi ne soit pas « incarnée » par des équations, mais par un gentil organisateur qui étudierait les éléments en place et notamment les possibilités qu’il a de jouer sur l’indéterminisme des trajectoires de personnes possédant l’information clé dont nous avons besoin, puis choisira celle qui nous amène à nous rencontrer, en incluant tout ce qui peut retarder et/ou dévier la trajectoire des uns et des autres.

Je pense qu’un astrologue peut faire partie du jeu. Un astrologue étudie les éléments en place. Il repère dans la carte natale toutes les limitations internes qui empêchent la réalisation d’un projet. Il cherche dans les prévisions l’élément clé.  De son côté, le client travaille sa capacité de faire émerger une intention stable, fiable, parmi ses intentions diverses, soutenues par la foi en son projet ou la confiance en sa réussite. Philippe Guillemant dit que nos intentions sont agissantes, non seulement dans notre cerveau, mais aussi dans un endroit de l’univers extérieur à notre cerveau, un espace-temps extérieur à notre cerveau, celui qui héberge tous nos futurs potentiels.

Pour détecter des traces de notre futur, il recommande de fuir les zones et habitudes qui nous assaillent d’informations devant lesquelles nous réagissons de façon conditionnée.  De plus, c’est le mental qui crée directement notre futur. C’est lui qui réagit automatiquement avec ses réflexes du passé, qui nous fait refaire les mêmes choix, reproduire les mêmes réactions, en face de nouvelles situations et qui conduit au renouvellement des échecs.

C’est pourquoi il est important de maîtriser ses pensées, son comportement, ses intentions, d’être authentique et d’avoir un esprit ouvert positif sur le long terme, car c’est à partir de cette ouverture que notre « télécommande » construit progressivement notre futur, là où il n’est pas encore configuré.

En résumé « ce qui n’est pas déterminé par le passé est déterminé par le futur ». Cette nouvelle conception de l’espace-temps nous permet, nous les astrologues, d’avoir notre place en ce monde. Nous devons, par notre travail, favoriser la création de synchronicités chez nos clients, afin de les aider à mener leur vie comme il le souhaite, à se sentir acteur de leur vie.

 

 

 

Astrologie et physique quantique…ou l’authenticité de notre libre arbitre

En ce moment, je lis un livre d’un physicien français, « la route du temps » de Philippe Guillemant. Et je voulais écrire cet article, tant ce qu’il dit sur la Double Causalité (causalité: principe fondamental selon lequel les causes précèdent les effets, ce que l’on peut appeler en astrologie le karma) se rapproche des constats que j’ai pu faire en astrologique. En faisant simple,Philippe Guillemant dit ceci: « Notre libre arbitre est authentique, Notre futur existe déjà, mais peut être modifié. L’omniprésence du futur se traduit par l’existence actuelle de potentiels multiples de réalisation, symbolisés par notre Arbre de Vie (métaphore de la théorie de la double causalité, qui représente sous la forme de parcours le long des branches d’un arbre nos différents potentiels d’avenir omniprésents), et hébergés par des univers multiples, Parmi ces potentiels, l’un d’entre eux est privilégié parce qu’il correspond à l’univers réel et qu’il héberge notre destin le plus probable ».

En mécanique quantique, tant qu’une trajectoire n’est pas observée, elle est susceptible d’exister selon une multiplicité de versions.

Dans l’astrologie prévisionnelle que je pratique, j’ai fait un constat qui se rapproche de ce que je viens d’écrire ci-dessus.

Mais je dois tout d’abord, expliquer comment je fonctionne. Quand quelqu’un vient me voir pour des prévisions, je précise:

-un, que ce ne sont que des prévisions et non des prédictions.

-deux, que nous avons du libre-arbitre. Et donc, si je lis des événements négatifs concernant directement la personne concernée, je la fais réfléchir sur ce qu’elle peut anticiper pour au mieux, annuler, sinon atténuer, voire détourner les prévisions. Si je lis des événements positifs, je l’enjoins à anticiper, se projeter,  accueillir ce qui va arriver, afin que les événements apportent au delà de ce que la personne espérait recevoir de la Vie.

En général, j’invite les personnes à venir me voir un mois avant leur date anniversaire, afin de ne pas trop anticiper, pour que les expériences de l’année présente, se vivent pleinement. Nous venons sur terre pour apprendre. Si nous sommes toujours dans le futur, nous ne vivons pas totalement ce que nous devons vivre au présent. Mais il arrive que j’aie des clients qui ont vraiment envie de venir me voir bien avant leur date anniversaire. S’ils viennent pour la première fois, nous travaillons l’année en cours et selon ce que je peux y voir du futur, je les fais revenir soit un mois avant leur prochain anniversaire, soit plusieurs années plus tard, selon ce qu’ils ont à travailler. Je leur donne des pistes courtes ou au contraire, je cherche une année future prometteuse, pour accepter les années difficiles en cours et en comprendre les leçons.

J’ai une cliente qui aime venir tous les ans, 6 mois avant sa date anniversaire. Pour elle, comme pour ceux qui viennent en cours d’année, j’ai remarqué que quand je montre un chemin de vie, les événements n’attendent pas l’année suivante, ils se présentent aussitôt, comme s’ils n’attendaient que cela pour se réaliser. Comme si j’ouvrais une porte, d’où l’importance de bien choisir mes mots et savoir ce que je peux dire ou pas.

Il y a ceux aussi qui viennent me dire: Vous vous êtes trompée, cela est arrivé comme ci ou comme ça. Je leur dis bien que j’en suis bien contente, car ils ont mis en place leur libre-arbitre et ont changé des choses dans leur vie pour que le chemin change. Par contre, et il y en a beaucoup, ils viennent, tout content pour moi, me dire:  » tout ce que tout vous m’avez dit s’est réaliser ». Et vous pensez bien que je leur dis que je ne suis pas contente. Je leur demande « où est votre libre arbitre? ». Quelqu’un qui vient régulièrement me voir finit par réussir à mener sa vie comme il le veut vraiment, mais nous travaillons longtemps ce que la personne veut vraiment au fond d’elle-même et ne voulait pas regarder.

En astrologie prévisionnelle, il faut donner différents potentiels de réalisation . Cela en déroute plus d’un. Certains clients pensent que je ne sais pas prévoir. Je peux vous dire que même si je ne leur dis pas, je sais ce qui va arriver de sûr, mais j’essaie de croire qu’ils peuvent changer leur chemin de vie.

Quand j’aurai avancer dans ma lecture du livre de Philippe Guillement, je vous ferai part de mes réflexions sur le sujet…réflexions et expérience personnelle sur un projet qui me tient à coeur.

 

Notre jupitérien….rétrograde

« C’était un coq fraîchement coulé mais très pondéré et réfléchi. Il était né vieux. Il n’était pas comme tous ces oiseaux du ciel, les moineaux et les hirondelles qu’il méprisait… ». Hans Christian Andersen, Le Coq de Poulailler et le Coq de Girouette.

Sagittaire Ascendant Capricorne

Tendu vers un idéal élevé, il cherche à le concrétiser sous une forme réaliste. Il a de grandes qualités de sérieux et d’honneur.  Son sens du devoir est très développé.

Sa volonté est à la fois son point fort et son point faible.

Il ne prend jamais d’engagements ou d’initiatives à la légère, mais une fois son parti pris, il s’y tient sans se laisser influencer ni par les événements, ni par les contradicteurs. Il tolère d’être jugé sur les résultats mais n’accepte pas les remarques ou les réserves en cours d’activités. Attention à toute personne qui le contredit, tente de l’influencer ou s’il s’oblige à faire abonder dans son sens des interlocuteurs qui manifesteront leur désaccord à ses propos ou comportements. Travailler avec lui est délicat dans la mesure où il ne supporte nulle intervention extérieure dans son travail. L’on peut envisager une collaboration ponctuelle avec lui ou travailler en équipe, mais il est trop indépendant pour désirer en fait lier son sort à quelqu’un en particulier. Il se peut que sous la pression des circonstances, il en vienne à conclure une association particulière, mais il la rompra dès qu’elle ne sera plus à ses yeux justifiée. Aussi est-il à peu près impossible d’entrer avec lui dans des relations de partenaires privilégiés à moins de le connaître de très longue date ou d’appartenir à sa famille. Auquel cas, il ne refuse pas d’envisager une mise en commun des moyens et des projets, des capitaux et des bénéfices.

La France a besoin d’un chef de l’Etat « jupitérien », estime l’ancien ministre.

 « Je ne regarde pas la France au prisme déformant d’une ambition personnelle, mais à travers un attachement viscéral. »

Dans une autre vie, son efficacité sociale réelle laissait largement à désirer. Il avait appris à bien utiliser les autres, à prendre ce qui ne lui était pas donné. Il avait des tendances très marquées pour le risque et le jeu. Il en a gardé ces tendances. Il s’est risqué à se jeter dans la bataille de la présidence. Il a gagné. Mais si un jupitérien rétrograde est ambitieux et s’il a de la volonté, il ne dispose pas des moyens  pour arriver à ses fins (karma rétributif négatif oblige). Quand il se trouvera en difficulté (ce qui ne manquera pas d’arriver), il se retranchera derrière sa malchance (ce ne sera pas de sa faute si ses partenaires ne tiennent pas leurs engagements). Il est capable de prendre en matière d’investissement des risques inconsidérés. Il n’est pas à l’abri, au cours de son mandat, de spéculer avec exagération sur des entreprises hasardeuses qui ne présentent pas toutes les garanties de réussite et il est capable de les mener à l’échec (printemps 2019 et 2022).

Comme il sait qu’il peut faire des erreurs de jugement et ne pas pouvoir tenir ses engagements, il prend conseil avant de s’engager mais Je pense que quelque fois, il sera surprenant : Il sera capable de se mettre en colère, de rabrouer ses subordonnés, ses collaborateurs. Il n’hésitera pas à employer des moyens « radicaux » pour atteindre ses buts. Début été 2021, il aura du mal à freiner son tempérament, ce qui le poussera à des choix arbitraires.

La période sera difficile jusqu’en hiver 2018, les opportunités de croissance et d’expansion étant limitées. Il va éprouver beaucoup de frustration. Les autres auront un effet inhibiteur sur lui : il proposera de nouvelles idées qui rencontreront la défaveur des conservateurs. Il fera face à des critiques. Il pourra montrer son impatience, comme l’a fait en son temps Nicolas Sarkozy (dans les moments de fatigue intellectuelle).

Ensuite, il lui faudra se confronter aux résultats des choix pris, des méthodes qu’il aura utilisées pour atteindre la réalisation de ses projets.

« Nul ne peut monter s’il n’est d’abord descendu ».

 Depuis 2008, et ce jusqu’en novembre 2024, un retour à l’essentiel nous est demandé, avec ce que cela suggère en termes  d’adaptation pour chacun (Pluton étant dans le signe du Capricorne).  Cela commence par un bilan collectif à faire, nous confrontant à la notion de responsabilité vis-à-vis de ce que nous avons édifié jusque-là individuellement ou collectivement. Mais voilà, nous faisons de la résistance.

Saturne entrera dans le signe du Capricorne en décembre 2017 et y restera jusqu’en décembre 2020.

Quelque soit le candidat élu dimanche, des mesures sévères et rigides, seront édictées, mesures qui seront de nature à protéger l’économie du pays, le travail, la monnaie, la propriété, l’héritage, la justice…. Oui, mais voilà, cette période engendrera aussi le principe d’auto-défense : d’où des mécontents dans la rue, des mouvements de grève, la tentation de protéger ses biens et pour cela d’enfreindre les lois, à tout niveau.

Jupiter sera dans le signe du Capricorne de décembre 2019 à décembre 2020.

Un  déploiement économique, social, … pourra se faire dans la mesure où l’on prendra en compte la notion de temps et où l’on renoncera au superflu. Peser nos choix sur le moyen / long terme. Évaluer et planifier précisément les risques et les bénéfices encourus. Se projeter au moins sur les 2 ou 3 années à suivre (2021-2022). Accepter des efforts structurés avec une croissance lente et patiente, avec des résultats ou des profits progressifs mais durables dans le temps. Travailler à développer notre bon sens pratique, notre rationalisme, notre discipline intérieure, notre sang-froid, notre sens des responsabilités. La période proposera  de s’appuyer sur des faits, sur l’histoire familiale, personnelle ou collective, sur la tradition, de considérer le passé non pas pour le reproduire mais pour en tirer un enseignement.

Tout ceci suppose donc  de « faire ami » avec Saturne et Pluton, avant 2020, car si Jupiter peut  apporter la croissance, il peut aussi  « amplifier » le frein saturnien jusqu’à ce que nous prenions assez de recul pour réfléchir à ce qui est juste et réalisable.

Mais voilà, beaucoup vivent cette période Capricorne de manière très structurée : moralistes, durs avec eux-mêmes et bien plus encore avec les autres, ancrés dans des habitudes anciennes qu’ils ne veulent pas changer. Dans ce cas, cette période peut  leur faire mettre le doigt sur leurs  fragilités, mettre à mal leurs certitudes et leurs automatismes.  Elle peut leur demander de revisiter en profondeur leurs besoins, pour sortir de leurs dépendances, réévaluer leurs schémas de sécurité, sonder leurs vieilles peurs. Chacun tiendra à ses biens. Et certains  veilleront à assurer l’entretien, le renouvellement constant de leurs richesses (quitte à détourner la loi, à leur profit).

En 2020, Pluton, Saturne et Jupiter se croiseront, avec Mars au mois de mars.  Cette année- là  posera des limites rigoureuses là où nous chercherons  instinctivement l’élargissement et l’abondance. On constatera que les rouages de l’économie seront grippés. Le mécontentement grandira, car le décalage entre les classes les plus riches et les classes laborieuses sera plus grand. Il faudra prévoir  une bascule vers l’austérité, des mouvements de grève, de la violence qui pourra survenir  n’importe où et n’importe quand.

Alors, croyez-moi, quelque soit l e candidat élu dimanche prochain, l’exercice de la fonction devrait  le faire grandir. Espérons qu’en 2020, le candidat élu aura assez d’humilité de reconnaitre qu’il a confondu ses désirs avec la réalité et qu’il aura acquis un peu plus de discernement et la capacité de faire des choix éclairés.

L’après élection

 

Un changement notable est à prévoir au niveau social, politique. Chacun en subira les contrecoups. C’est une réorganisation (ou réorientation) profonde ou fondamentale en haut lieu. Des décisions radicales sont à venir et elles toucheront de près des proches de l’entourage de chacun. Un grand désordre précèdera ces décisions et cela provoquera des perturbations sociales (chaos préoccupant, mais aux effets limités). Chacun de nous reverra ses objectifs à court terme, car il aura à faire des dépenses (d’argent) supplémentaires pour compenser les conséquences de ce désordre. Dans les mois qui suivront, un nouvel ordre social s’établira et cela sera plus favorable pour tous. Certains aurons possiblement des déplacements à faire afin d’officialiser ou de confirmer leur situation (ou une demande), mais ce sera pour le mieux, car ils obtiendrons de nouveaux droits (ou privilèges).

C’est quoi cette période ?

Beaucoup de personnes actuellement ont le sentiment qu’il n’y a plus rien à faire, que leurs projets sont bloqués, qu’il ne sert à rien de….

« C’est normal…m’a dit une amie il y a peu de temps, Mars est actuellement conjoint à Saturne dans le ciel ».

Ah bon ? Le temps d’une réflexion sur le choix des actes et des décisions (Mars) engendrant des projets d’avenir durables dans le monde extérieur (Saturne en Sagittaire) a suffit pour créer ce climat intérieur assez généralisé, que l’on pouvait confondre avec une forme de dépression, si je me réfère au nombre de clients qui, durant cette période, ont fait appel à moi sur ce sujet. Décidément, les planètes nous veulent vraiment quelque chose.

Remettons les choses au point car pour que cette amie m’en parle, c’est certainement un bruit qui circule.

Une affirmation « carrée » sur ce plan, me paraît assez douteuse lorsqu’on dispose d’une véritable expérience astrologique. Cette dernière  implique naturellement de ne pas tirer des conclusions hâtives  sur un phénomène répétitif comme le transit d’une planète rapide sur une planète lente, qui concerne tout le monde en général. Et si c’était le cas, ce transit est terminé. Pourquoi est-ce que le climat bloquant qu’il a pu susciter porterait des conséquences à long terme ?

En fait, par mon expérience, je constate que ce genre de climat ne concerne le plus souvent que  les personnes déjà porteuses d’un lien entre les deux mêmes planètes dans leur thème natal. Elles peuvent alors en ressentir les effets par période comme une nécessité de réflexion sur un sujet qui leur appartient, donc de blocage momentané sur le plan des décisions impliquant un temps de réflexion avant de passer aux actes.

Dans ce contexte, prendre le temps (Saturne) d’agir (Mars) peut être salutaire dans bien des cas sur le plan des résultats concrets qui en découleront.

Ce que j’ai surtout pu constater durant la même période c’est, dans la rue, la démultiplication des personnes portant une prothèse et marchant avec une canne. Avec beaucoup de jeunes dans ce cas. Or le signe du Capricorne représente la jambe en astrologie médicale et les genoux en particulier. Je pense que si cela peut être bloquant momentanément, ce transit de Saturne en Capricorne peut avoir ensuite des conséquences positives chez les personnes qu’il a incité à prendre le temps de réfléchir à de nouvelles décisions plus concrètes à appliquer dans le présent.

Quand  Saturne entrera en Capricorne (dans un peu plus d’un an), les effets des décisions prises durant cette courte période peuvent se manifester concrètement en mai/juin 2017 (tiens,  la date des élections présidentielles en France…). Cela peut être valable pour le monde entier aussi bien que pour une personne en particulier.

Dans tous les cas, cette conjonction très répétitive, ne peut être, à elle seule, responsable de cette impression de blocage de choix et  de désillusions très caractéristique de la période politique que nous sommes en train de traverser.  Il n’en va de même si nous prenons en compte le carré simultané de Saturne à Neptune rétrograde dans les Poissons qui a pu engendrer les réactions négatives chez les personnes qui ne disposent d’aucune connaissance ou maîtrise de soi. Ou chez qui le sentiment de vivre dans une misère totalement injustifiée s’est démultipliée pendant plusieurs mois. Mais cette période est en train de s’achever.  

Que le sentiment d’être totalement bloqué dans ses choix personnels par le monde extérieur (Sagittaire), déçu ou humilié de la situation où l’on se trouve (Neptune rétrograde en Poissons), avoir l’impression qu’il « n’y a rien à faire », vivre dans un sentiment de vide et d’absence de choix… était très caractéristique de cette période astrologique en cours d’achèvement. Ce carré peut en effet générer le sentiment collectif qu’il est « inutile de… », et de se figer sur les hésitations ou blocage de décisions qui peuvent en découler. Neptune en Poissons, c’est le monde en général, l’activité de ce qui était endormi ou refoulé en nous. Mieux vaut se convaincre, dans ce cas, qu’il s’agit d’un climat qui n’induit pas forcément de répétition dans le temps. Car ce carré, dans cette position spécifique,  ne se renouvellera jamais dans le cadre d’une vie entière. Autant ne pas en projeter le résultat dans un futur hypothétique si l’on croit, ce qui est le cas pour les astrologues karmique,  que ce sont les pensées qui engendrent en priorité des conséquences qui peuvent en découler.

Précisons, cependant, que ce carré n’était pas le seul en œuvre dans le climat actuel. Pluton et Uranus n’en finissent pas non plus d’inciter à la révolte, la révolution, l’affirmation personnelle sans tenir compte des autres ou de la réalité extérieure, voire le passage aux actes comme si l’on était seul au monde. Cet aspect, a toujours figuré dans les grandes périodes prérévolutionnaires engendrant parfois dans les dizaines d’années qui suivent de véritables changements sociaux et collectifs se développant dans la durée.

Je  pense que nous sommes exactement dans ce genre de tournant, comme ce fut le cas à l’époque de Louis XV,  et cela se ressent dans le discours des hommes politiques évoquant chacun de leur côté les conditions qu’ils estiment nécessaires pour mettre en place un monde différent.

Mais il nous faudra attendre, pour en constater les résultats, que les enfants et adolescents actuels mettent en œuvre leur propre projection dans le temps, ce qui me paraît déjà évident vue leur grande maturité d’esprit et leur capacité de s’investir en profondeur dans ce qui les intéresse sans en demander l’autorisation à personne.

Irène Andrieu

PREVISIONS 2017/2020 d’Irène Andrieu

« Parlons maintenant de deux sujets qui motivent beaucoup les médias

Qui pourrait l’emporter aux prochaines élections ? 

Quand j’ai eu connaissance des dates possibles des futures élections présidentielles, j’ai constaté deux tendances assez différentes. Si le premier tour avait lieu le dernier dimanche d’avril, cela risquait de représenter un combat de coqs tous plus prétentieux et accusateurs les uns que les autres. Ce qui semble bien se produire déjà dans les interventions publiques des divers leaders politiques. Dans ce contexte, le second tour, ayant lieu le premier dimanche de mai 2017 viserait surtout à ramener un peu d’ordre parmi la multitude des propositions potentielles et François Hollande aurait plus de chances de l’emporter qu’il n’y paraît actuellement. Ce qui n’aurait pas été le cas si les deux tours des élections avaient eu lieu le premier et le deuxième dimanche de mai.

En effet, ce première dimanche du mois, Jupiter direct opère une conjonction exacte à la position du  Neptune de François Hollande en Balance en maison VI et un carré à son Uranus natal. Il peut apparaître ainsi comme le seul à pouvoir rétablir un climat de pacification sociale dans le contexte encore assez perturbé de l’époque.

J’avais bien pensé à Emmanuel Macron comme le candidat finaliste du parti socialiste, mais il n’avait pas encore à l’époque manifesté une forme de dissidence par rapport à la majorité actuelle. S’il l’emportait, on pouvait craindre que l’image de pouvoir excessif représenté par Pluton rétrograde intercepté dans son thème natal n’intervienne plus ouvertement dès lors qu’il aurait l’occasion de le manifester publiquement. Or, les accusations d’abus financiers portées contre lui actuellement ne plaident pas en sa faveur et elles risquent de s’aggraver sur le plan des conséquences juridiques qui peuvent en résulter.

Qu’en est-il sur le plan international donc en astrologie mondiale ? 

Le climat actuel de terreur et de violence est-il durable et existe-t-il des solutions prévisibles sur ce plan (en prévisions astrologiques bien entendu) ? Je prends en compte dans ma réflexion sur ce sujet la triple conjonctions Pluton-Jupiter-Saturne qui se produira en 2020 sur les derniers degrés du Capricorne, et je constate que cette date commence à apparaître depuis peu dans les discours des hommes politiques concernés. Or, cette dernière est assez parlante sur le plan historique si l’on se réfère à la période de la guerre du Golfe, fortement marquée par un regroupement planétaire dans le même signe, et qui connut son terme lors de la double conjonction Jupiter-Nœud Nord-Soleil sur le 28e degré du même signe. Le même phénomène semble donc se répéter sur le même degré. Et l’on peut aussi traduire cela sur le plan des décisions qui peuvent être prises pour une meilleure sécurisation de nos frontières, au point éventuellement d’en contrôler excessivement l’accès à toute personne qui ne répondrait pas à des conditions prédéfinies sur le mode saturnien : une forme de rigueur dans l’absolu.  Il est possible aussi que sur le plan commercial, la restriction des conditions de passages aux frontières limite assez sensiblement la circulation des marchandises.

Quand on parle actuellement de retour à l’Union Européenne initiale, cela apparaît dans ce contexte astrologique comme une possibilité qui n’est pas négligeable à court terme. Comme l’a dit un historien bien connu « l’histoire balbutie », car des situations assez comparables engendrant les mêmes conclusions finales se sont déjà produites sous le règne de Jules César et de Charlemagne qui en étendant les frontières de leurs royaumes en direction de l’Est avaient rendu ces dernières incontrôlables.   Attendons donc aussi paisiblement que possible la fin de l’année 2020 pour voir ce qu’il en est. »