Appréhensions à la veille de naître

« Tout se tait. Je suis monté sur scène. Je m’adosse à la porte et j’entends, Assourdi comme une voix lointaine, Un écho de tout ce qui m’attend.

La nuit noire a fait de moi sa cible Et braqué cent jumelles sur moi. Abba père, fais, s’il est possible, Fais que ce calice ne m’échoie.

Ton dessein têtu, pourtant je l’aime, Et ce rôle même est à mon gré, Mais un autre drame tient la scène: Donne-moi pour cette fois congé.

Mais on a pesé l’ordre des actes Et le terme, irrévocablement. Seul. Partout les pharisiens sont maîtres. Vivre est plus que traverser un champ. »

Boris Leonidovitch Pasternak.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.