PREVISIONS 2017/2020 d’Irène Andrieu

« Parlons maintenant de deux sujets qui motivent beaucoup les médias

Qui pourrait l’emporter aux prochaines élections ? 

Quand j’ai eu connaissance des dates possibles des futures élections présidentielles, j’ai constaté deux tendances assez différentes. Si le premier tour avait lieu le dernier dimanche d’avril, cela risquait de représenter un combat de coqs tous plus prétentieux et accusateurs les uns que les autres. Ce qui semble bien se produire déjà dans les interventions publiques des divers leaders politiques. Dans ce contexte, le second tour, ayant lieu le premier dimanche de mai 2017 viserait surtout à ramener un peu d’ordre parmi la multitude des propositions potentielles et François Hollande aurait plus de chances de l’emporter qu’il n’y paraît actuellement. Ce qui n’aurait pas été le cas si les deux tours des élections avaient eu lieu le premier et le deuxième dimanche de mai.

En effet, ce première dimanche du mois, Jupiter direct opère une conjonction exacte à la position du  Neptune de François Hollande en Balance en maison VI et un carré à son Uranus natal. Il peut apparaître ainsi comme le seul à pouvoir rétablir un climat de pacification sociale dans le contexte encore assez perturbé de l’époque.

J’avais bien pensé à Emmanuel Macron comme le candidat finaliste du parti socialiste, mais il n’avait pas encore à l’époque manifesté une forme de dissidence par rapport à la majorité actuelle. S’il l’emportait, on pouvait craindre que l’image de pouvoir excessif représenté par Pluton rétrograde intercepté dans son thème natal n’intervienne plus ouvertement dès lors qu’il aurait l’occasion de le manifester publiquement. Or, les accusations d’abus financiers portées contre lui actuellement ne plaident pas en sa faveur et elles risquent de s’aggraver sur le plan des conséquences juridiques qui peuvent en résulter.

Qu’en est-il sur le plan international donc en astrologie mondiale ? 

Le climat actuel de terreur et de violence est-il durable et existe-t-il des solutions prévisibles sur ce plan (en prévisions astrologiques bien entendu) ? Je prends en compte dans ma réflexion sur ce sujet la triple conjonctions Pluton-Jupiter-Saturne qui se produira en 2020 sur les derniers degrés du Capricorne, et je constate que cette date commence à apparaître depuis peu dans les discours des hommes politiques concernés. Or, cette dernière est assez parlante sur le plan historique si l’on se réfère à la période de la guerre du Golfe, fortement marquée par un regroupement planétaire dans le même signe, et qui connut son terme lors de la double conjonction Jupiter-Nœud Nord-Soleil sur le 28e degré du même signe. Le même phénomène semble donc se répéter sur le même degré. Et l’on peut aussi traduire cela sur le plan des décisions qui peuvent être prises pour une meilleure sécurisation de nos frontières, au point éventuellement d’en contrôler excessivement l’accès à toute personne qui ne répondrait pas à des conditions prédéfinies sur le mode saturnien : une forme de rigueur dans l’absolu.  Il est possible aussi que sur le plan commercial, la restriction des conditions de passages aux frontières limite assez sensiblement la circulation des marchandises.

Quand on parle actuellement de retour à l’Union Européenne initiale, cela apparaît dans ce contexte astrologique comme une possibilité qui n’est pas négligeable à court terme. Comme l’a dit un historien bien connu « l’histoire balbutie », car des situations assez comparables engendrant les mêmes conclusions finales se sont déjà produites sous le règne de Jules César et de Charlemagne qui en étendant les frontières de leurs royaumes en direction de l’Est avaient rendu ces dernières incontrôlables.   Attendons donc aussi paisiblement que possible la fin de l’année 2020 pour voir ce qu’il en est. »

Mémoire d’outre-tombe

« Les masques de théâtre, généralement stéréotypés (comme dans le théâtre japonnais), soulignent les traits caractéristiques d’un personnage : roi, vieillard, femme, serviteur, etc…Il existe un répertoire de masques, comme de pièces de théâtre et de types humains. L’acteur qui se couvre d’un masque s’identifie, en apparence ou par une appropriation magique, au personnage représenté. C’est le symbole d’identification. Le symbole du masque s’est prêté à des scènes dramatiques, dans des contes, des pièces, des films, où la personne s’est identifiée à tel point à son personnage, à son masque, qu’elle ne peut plus s’en défaire, qu’elle ne peut plus arracher le masque ; elle est devenue l’image représentée. …on conçoit aussi que l’analyse s’exerce à arracher les masques d’une personne, pour la mettre en présence de sa réalité profonde. » -Dictionnaire des symboles, Jean Chevalier, Alain Gheerbrant.

Reprenons avec le thème astral.

A chaque nouvelle vie, l’entité a endossé le costume, mis le masque qui correspondait au personnage d’une histoire de vie. A chaque fin de vie, elle emporte avec elle, dans son bagage mémoriel, des restes du personnage passé (que l’on retrouve dans les rétrogradations, les interceptions, le Nœud Sud, la Lune Noire, les aspects). Selon l’intensité de l’identification au personnage passé, elle reconnaît ces différentes images de soi, ces différentes visions de la vie, comme étant les siennes. Au travers de l’analyse de notre thème natal, nous explorons les moteurs psychologiques qui sont à l’œuvre derrière ces difficultés de base.

Javier Aragon et le processus de réincarnation

« Notre passé de cette vie ou passé antérieur à cette vie, nous a fait subir des bouleversements traumatisants (que ce soit par des actions concrètes ou par omission), qui nous font souffrir et nous blessent profondément, comme autant de points très sensibles et vulnérables qui nous affectent intensément. Nous essayons de les oublier, de les éviter, de minimiser leur importance, de prétendre qu’ils ne comptent pas ou qu’ils n’ont jamais existé ou qu’ils ne se sont pas produits.

Le but dans cette vie, est de faire face à des expériences difficiles, afin de régler certaines dettes, de dépasser les difficultés qui restent en suspend et de pouvoir poursuivre notre chemin d’évolution, une fois ces leçons assimilées. Ces leçons ne sont ni gratuites, ni aveugles, dans la mesure où elles sont la conséquence logique de nombreuses erreurs passées.

Tantôt, les qualités, énergies, attitudes, expériences, etc., se soustraient à la vue des autres, par évitement du rejet, de la critique, de la censure, au réveil d’une blessure passée, reçue ou donnée.

Tantôt, ces même qualités, énergies, etc. nous nous les cachons à nous-mêmes, c’est-à-dire que nous les censurons, réprimons, nions, éludons, jugeons non pertinentes, comme une faiblesse, une source de souffrance, ou au contraire une force, quelque chose de mauvais en nous que nous voulons rejeter. Tout se passe dans l’inconscient.

Ces énergies sont actives, sans que nous nous en rendions compte, et finissent (faute d’avoir été traitées) par resurgir dans la vie, d’une manière irrépressible, négative, destructrice et très primaire. Ce sont nos « ennemis occultes », cela même de la maison XII.

Comme la similitude est un phénomène d’attirance, tout ce qui a été enfoui dans l’inconscient attire finalement, des situations et des personnes, à qui, de manière inévitable et incontournable, nous devons avoir affaire et qui, paradoxalement, incarnent ces même attributs que nous détestons, que nous rejetons ou que nous ne voulons pas affronter.

Dans le processus d’une démarche de connaissance de soi, nous allons sentir nos faiblesses, nos traumas, ces points vulnérables et douloureux, les reconnaitre, les assumer, les accepter, les intégrer à la personnalité entière, pour qu’enfin ces « ennemis cachés » cessent d’être ce qu’ils sont et se convertissent en alliés, pour devenir des « forces cachées ».

De ce fait, nous accordons ces parties difficiles de notre être, pour devenir un individu authentique, conscient, mature, aimant son prochain comme soi-même, plus accompli, avec une énergie et une capacité totales au bonheur.

Le chemin est difficile. Des étapes inconfortables surgissent sur ce chemin de croissance, des moments de souffrance, voire douloureux. Mais il est nécessaire d’accéder à ces moments pénibles pour les transcender, pour découvrir le plus qui se cache, qui désire être révélé.

Dans le cas où ces énergies (planètes) restent latentes, inactives, jusqu’à ce que se présentent à nous des situations urgentes, de crises, de difficultés, d’épreuves, alors, ces ressources (qui semblent nouvelles), ces forces cachées apparaissent au grand jour, les vicissitudes de l’existence les rendant nécessaires.

Ces énergies peuvent prendre différentes modalités :

-expérimentation dans notre propre chair, nous permettant d’avoir facilement de l’empathie pour des personnes qui passent par des situations similaires.

-canalisation positive des énergies dans le sens de l’aide, les services ou les soins aux autres.

-application plus étendue, comme pour en faire bénéficier un plus grand nombre (un groupe ou une collectivité).

-à un niveau de plus grande subtilité, ces énergies se mettent au service du spirituel ou trans-personnel (transcender ses souffrances par exemple).

-les énergies peuvent nourrir le monde intérieur, riche en image et l’expression devient artistique ou créatrice (sublimation des souffrances dans l’inspiration). »

 

GANDHI

« Mes croyances deviennent mes pensées,

Mes pensées deviennent mes mots,

Mes mots deviennent mes actions,

Mes actions deviennent mes habitudes,

Mes habitudes deviennent mes valeurs,

Mes valeurs deviennent mon destin »

Appréhensions à la veille de naître

« Tout se tait. Je suis monté sur scène. Je m’adosse à la porte et j’entends, Assourdi comme une voix lointaine, Un écho de tout ce qui m’attend.

La nuit noire a fait de moi sa cible Et braqué cent jumelles sur moi. Abba père, fais, s’il est possible, Fais que ce calice ne m’échoie.

Ton dessein têtu, pourtant je l’aime, Et ce rôle même est à mon gré, Mais un autre drame tient la scène: Donne-moi pour cette fois congé.

Mais on a pesé l’ordre des actes Et le terme, irrévocablement. Seul. Partout les pharisiens sont maîtres. Vivre est plus que traverser un champ. »

Boris Leonidovitch Pasternak.

 

Quelques mots sur l’année 2016, par Irène Andrieu.

Le trigone continu entre Jupiter (en phase de rétrogradation…) et Pluton signale un rebond sur le plan financier et économique, mais guère d’originalité (entre Vierge et Capricorne), sur le plan des innovations ou des changements dans ce domaine. Les variations boursières assez importantes ne devraient pas être dommageables si vous avez assez de patience pour ne pas vous en inquiéter. En revanche, toute personne impliquée dans ce domaine n’aura guère de chance de voir aboutir les conclusions juridiques à son profit. Saturne et Uranus jouent aussi aux variations en trigone dans le ciel de notre planète. Prudence, équilibre, continuité et esprit de liberté (entre Sagittaire et Bélier) peuvent se conjuguer dans cet aspect assez rare pour que les contrats associés aussi bien au niveau international qu’individuel (si vous êtes concerné) connaissent une certaine réussite dans la durée. Nous allons donc assister à deux « blocs » de situations assez contrastées, et nettement plus constructives et dynamiques dans notre vie quotidienne que ce carré entre Saturne et Neptune en fin de course actuellement, dont les effets ont pu vous sembler assez immobilisants psychologiquement et mentalement sur le plan des choix au quotidien. C’est fini ! Je vous conseille de ne pas en prolonger les effets même si le pessimisme a tendance à dominer dans vos réflexions et vos choix habituels. Patience et juste mesure dans ce domaine vont donc finir rapidement par se justifier vis-à-vis du monde extérieur. Même si au niveau international, les résultats finalisés et porteurs d’avenir ne devraient véritablement apparaître au grand jour que durant l’année 2020 (conjonction Saturne/Pluton en fin du Capricorne) sous la forme d’une coalition permettant de rétablir l’ordre sur notre planète. De façon un peu trop excessive ? Après tout, il faut bien que François Hollande ait raison une fois de temps en temps  En attendant (patiemment ?) je vous souhaite une année pleine de chaleur amicale, d’amour, et de projets réalisables dans la continuité. Irène Andrieu

Pour ceux qui vivent des expériences difficiles en ce moment

Pour ceux qui vivent actuellement des expériences très restrictives, limitantes, voire bloquantes, l’influence de Saturne, stationné en fin du signe du Scorpion, y est pour quelque chose.

Le rôle de Saturne étant de nous freiner, nous limiter, nous bloquer, nous frustrer, nous pousser à douter, à nous poser des questions, à pratiquer une introspection sérieuse… ceci dans le but de nous mettre face à la réalité d’aujourd’hui, de nous confronter aux résultats de nos actions et de nos pensées antérieures, et ainsi modifier notre comportement, pour mieux nous adapter à notre vie actuelle.

Saturne reprend sa course, en station directe, à partir du 3 août et nous en ressentirons moins ses effets puissants, que quand il aura atteint les 5-6 degrés du Sagittaire (novembre 2015). Ce sera un temps, pour les uns et les autres, de nous interroger sur notre comportement et sur la responsabilité qui nous est impartie dans les différents domaines de notre vie.

Deux exemples:

Un qui est personnel:

Je suis un protocole alimentaire très restrictif, plus encore depuis juin 2015, très frustrant. Je me surprend à douter de l’efficacité de ce protocole, de ma capacité à réussir, à m’en sortir. J’apprends la patience, la persévérance, la pondération. Je modifie mon comportement alimentaire, avec des prises de conscience douloureuses mais lucides.

Autre exemple qui touche ma commune.

J’habite Saint-Jean d’Illac, en Gironde. Ma commune connait un épisode dramatique de feu de forêt, qui a brûlé 600 hectares de forêt, avec des conséquences à court terme, pour les habitants alentours :

-Routes barrées, obligeant à faire de grands contournements pour aller travailler, pour certains, désoriantant d’autres automobilistes, les touristes, les personnes âgées

-Obligation de quitter sa maison pour un temps. Nécessité pour les communes de Saint-Jean d’Illac et de Pessac à pourvoir à l’hébergement des déplacés….

-Mobilisation d’un grand nombre de pompiers, certains venant de loin. Astreinte 24h sur 24h des gendarmes pour garder les routes barrées et surveiller les maisons vides (contre le vol).

Etc., etc.

Celui qui a commis une imprudence, provoquant cet important sinistre, se trouve confronté aux résultats de son insouciance, de son irresponsabilité. Espérons qu’il en est pris conscience.

Tous les acteurs concernés par les incendies, la prévention de ces derniers, l’information du public, etc…. doivent aussi tirer leçon de cet épisode douloureux.

Et nous tous, soyons vigilants, afin de mieux vivre ensemble. Faisons les efforts nécessaires à la préservation de notre Terre, quitte à dénoncer toute imprudence qui prêterait à lourdes conséquences.

Et en règle générale, prenons le contrôle de notre vie, prenons des engagements solides dans les différents domaines de notre vie qui nous posent problème, afin d’aller dans les bonnes directions.

 

 

Le karma

Chaque action produit un résultat. La cause précède toujours l’effet. Le karma est la loi de la cause et de l’effet. La loi de la cause et de l’effet est une explication qui peut difficilement être compatible avec la notion d’un Dieu créateur.

L’acceptation de l’explication du karma sous-entend que nous, et nous seuls (et non Dieu) sommes maîtres de notre destin, sommes responsables des situations, bonnes ou mauvaises, apparues dans notre vie.

Toutes les actions, paroles, pensées se mémorisent et passent d’une renaissance à une autre. Le karma n’est jamais perdu.

Le karma est précis. Une action vertueuse suscitera des résultats positifs, une action non vertueuse apportera des souffrances.

Le karma et la renaissance explique:

-que les souffrances que nous subissons, sont notre propre oeuvre.

-les inégalités du genre humain: pourquoi certains sont nés « mieux lotis » que d’autres ».

-les destinées différentes dans une même fratrie.

-les passions spontanées négatives, comme la colère, la jalousie, l’envie, la cupidité…

-l’attirance et l’antipathie au premier regard.

-notre bon côté et notre part d’ombre, héritages des vies antérieures.

-les changements de fortune, de destinée, les décès prématurés, les accidents.

-la renaissance des guides spirituels, tels les lamas, des génies, comme Einstein ou Mozart.

Il y a trois manifestations du karma (ou les bonnes ou mauvaises actions ont trois types d’effets karmiques). Dans la vie présente, le karma est:

-celui dont les résultats se font sentir dans la vie présente. Par exemple, pour quelqu’un qui fume pendant de nombreuses années, il n’y a pas d’autre responsable que lui dans le fait d’avoir un cancer.

-celui dont les résultats se font sentir dans la vie suivante.

-celui dont les résultats sont ressenties après plusieurs vies, comme si cette mémoire attendait les circonstances favorables pour resurgir.

Prévisions d’Irène Andrieu afin de bien négocier 2015-2016

2015/2016 : Une transition fondamentale.

J’ai perdu l’habitude de faire des prévisions annuelles pour de grands magazines, mais la répétition actuelle des situations et des questionnements chez les clients qui me consultent depuis à peu près deux mois m’incitent à une réflexion sur l’importance qu’aura l’année 2015, aussi bien au niveau personnel, qu’au niveau mondial.

Première remarque : toutes ces personnes étaient concernées par un transit parfaitement exact, lié aux quatre planètes lentes, jusqu’à souvent venir en consultation le jour d’un transit, et en particulier celui de Jupiter sur le 21e degré du Lion, dans sa phase de station avant qu’il ne devienne rétrograde. Toutes se posaient la question de leur position sociale, que ce soit pour mettre en œuvre un nouveau projet assez aléatoire, quand il concernait l’ambition personnelle ou le domaine financier, ou parce qu’elles se sentaient particulièrement bloquées dans la position où elles se trouvaient. La même inquiétude revenait en boucle dans leurs expressions : je ne sais plus quel est mon rôle ou bien quelle place me conviendrait maintenant. Ces questions sont typiques de l’action de Jupiter, aussi bien sur le plan personnel que social ou spirituel. Et le transit se produisant en Lion pose également l’interrogation sur le niveau d’ambition de la personne, de la façon dont elle a construit son image et le bien fondé de ce que ce que le niveau de cette dernière pourrait induire dans le contexte actuel. Est-ce vraiment l’heure de se lancer dans des investissements risqués, de s’associer à des personnes dont les ambitions apparaissent quelque peu démesurées… ou trop intéressées ou bien de faire un investissement personnel sans avoir la certitude du financement associé et non dépendant d’autrui ? Faut-il se battre pour des héritages, engager un procès sur ce plan ? La tentation est grande dans un tel contexte de se croire plus fort que la justice (Mot clé de Jupiter…), et de se jeter inconsciemment dans des procédures sans fin. La question de l’argent et notamment des dettes publiques dominera sans doute durant toute la phase de rétrogradation de Jupiter (elle vient de commencer et s’étendra sur quatre mois). On peut objecter, bien entendu, que ce phénomène se renouvelle tous les ans. Mais dans un signe fixe où domine le plus souvent l’orgueil de soi et la recherche de renommée personnelle, la rétrogradation qui se prolongera jusqu’au 13e degré du signe, viendra se conjuguer avec les degrés 13 à 15 déjà occupés par Pluton et Uranus en 2015 et jusqu’au début de 2016. Il est très vraisemblable que les aspects formés entre ces trois planètes induisent des chocs en retour imprévisibles, donc affectant les prises de risques excessifs et les retournant contre leurs auteurs. Le trigone Uranus/Jupiter incite pourtant à tenter l’aventure d’une position plus indépendante, voire libérale, à s’affirmer dans ses idéaux ou ses rêves d’autonomie, à les mettre en action entre Bélier et Lion. Encore faut-il avoir quelque chose à proposer dans ce domaine, sous peine de rompre les amarres sans avoir mesuré la réalité de ses ambitions.

Les politiques ne sont pas plus que les autres à l’abri de cette hauteur de vue qui consisteraient à se dégager des alliances sous prétexte de mettre en œuvre plus d’innovations ou de représentation personnelle. On n’empêchera pas non plus, par exemple, les pays de l’Union Européenne au bord de la rupture de le faire sans tenir compte du contexte international accentué par les éléments actuels d’astrologie mondiale.

Faut-il pour autant suivre cette impulsion sur le plan personnel sans interrogation possible sur les résultats? Car durant la période que j’ai étudiée, cette dernière ne semblait pas apparaître comme très constructive chez les personnes qui n’avaient pas déjà mis en place la réflexion, les contacts et les moyens nécessaires.

Saturne pour sa part est entré dans le Sagittaire (encore un signe de Feu… donc d’action), et va marquer les degrés de 5 à 28 (Scorpion) durant sa phase de rétrogradation à partir du mois du Mars et ceci jusqu’au 1er septembre 2015. Or, ces degrés, les Anciens le savaient bien, sont dépourvus de l’énergie nécessaire pour dynamiser des choix et prendre des initiatives personnelles. Ou bien les efforts qui en résultent ne sont que la répétition des situations déjà connues et peu productives sur le plan des effets extérieurs.

Pour créer de nouvelles alliances en tirant parti de l’énergie jupitérienne, je conseille donc d’attendre tranquillement le mois de juin 2015, de bien explorer la réalité du terrain avec les effets de Saturne, de mesurer les risques (notamment ceux de ruptures soudaines, d’accident de parcours), pour ceux qui ont tendance à se jeter en avant à la moindre opportunité, et d’attendre le climat social et économique nettement plus apaisé qui devrait de développer à partir de septembre et durant l’année 2016. La patience devrait alors produire ses effets, les contrats seront plus sûrs, même s’ils semblent moins valorisants, et la « révolution permanente » et les nombreux accidents engendrés par le carré entre Pluton et Uranus dont nous pouvons constater les effets depuis deux ans, devraient parvenir à leurs termes. Même si la recherche d’innovations majeures induite par ce carré devrait (comme ce fut le cas dans la seconde partie du XVIIIe siècle) s’inscrire en 2016 dans la réalité de notre quotidien. Tout n’est donc pas noir dans cette période essentielle de transition… et si vous êtes vous-même dans l’état d’esprit dont j’ai parlé au début de cet article, j’espère vous avoir donné les conseils nécessaires pour bien préparer votre projet et le mettre en œuvre dans les meilleures conditions possibles de réalisation. En attendant, je vous souhaite une année pleine de bonheur, d’heureuses rencontres, et si possible… de sérénité. Amicalement, Irène Andrieu.

Un autre corps pour mon âme

Je me suis longtemps demandée pourquoi l’on ne se rappelait pas nos vies passées.

Je me disais que si on s’en rappelait, cela serait plus facile pour comprendre nos modes de fonctionnement, nos façons de penser, de voir les choses, pourquoi nous avions telle ou telle tendance comportementale, pourquoi nous sommes si accrochés à nos croyances, nos valeurs, nos idéaux, pourquoi nous avons tant de limitations dans un domaine et au contraire pourquoi nous sommes à l’aise dans un autre domaine.

Je commençais à pester contre le ciel et demandais des réponses, avec insistance et reproches, je l’avoue.

Et puis, coïncidence, je commande trois livres sur Amazone, je tombe sur un article sur Psychologies magazine parlant de réincarnation, j’écris à l’auteur de l’article qui me répond le soir même et qui me recommande un des trois livres : Un autre corps pour mon âme de Michael Newton, hypnothérapeute et docteur en counselling. Je commence par lire celui-là. Là, j’ai été secouée.

Mais la réponse à cette question : pourquoi ne nous souvenons-nous pas de notre passé à cette vie n’était pas dans ce livre. En suivant, pressée par le temps car je voulais tout lire avant de reprendre le travail, j’entame la lecture de Réincarnation et Biologie du psychiatre Ian Stevenson et …..

En trois livres, j’avais la réponse à des tas de questions que j’avais en tête et des pistes pour me soigner des problèmes de santé qui m’empoisonnent la vie.

Pour en revenir à ma première question : pourquoi ne nous souvenons-nous pas de notre passé à cette vie, Ian Stevenson a étudié (avec une équipe) 2600 cas dans le monde, d’enfants qui disent se souvenir d’une vie antérieure.

Les premières conclusions m’ont largement éclairée.

Pendant l’enfance, se souvenir d’une vie antérieure, n’est presque jamais une expérience agréable.

Certains enfants ont des troubles d’identité. Chez d’autres, la confusion s’accentue, quand ils sont conscients d’être dans un petit corps, avec le souvenir d’avoir vécu dans un corps d’adulte.

Il y a ceux qui se souviennent d’avoir vécu une vie comme personne du sexe opposé, avec la possibilité de rester fixé de façon intransigeante au sexe de la vie précédente, au point de devenir homosexuel ou transexuel. L’on parle aujourd’hui de transidentité, qui est le sentiment d’être né dans le mauvais corps à la naissance, en général dès l’enfance. Elle n’est pas un choix et elle peut s’affirmer à tout âge et génère le plus souvent un conflit intérieur, un mal profond, mais surtout un malaise social, la personne concernée ne pouvant se reconnaître dans les rôles et apparences traditionnellement attribués aux hommes et aux femmes.

Et il peut s’ajouter un problème de loyauté entre les familles présentes et les familles précédentes.

Dans l’astrologie que je pratique, je retrouve le personnage d’avant et selon les histoires passées, le personnage de plusieurs vies, avec la façon de penser et de se comporter, qui, bien souvent ne change pas dans cette vie. Je peux dire quel est le projet de vie principal… Une carte du ciel est comme une carte mémoire.

Pour certains, la lecture du thème est un déclic. Une vision nouvelle pénètre dans leur esprit et du coup, ils voient leur vie différemment. Cela remet en cause tout un ensemble de croyances et modifie leur comportement à un niveau profond.

Mais pour d’autres, elle n’est que le début d’une longue recherche de soi, au passé, en passant par divers thérapeutes, afin de revenir en arrière, pour chercher à comprendre par le vécu qui ils sont aujourd’hui. Une fois adulte, beaucoup de clients ont besoin de passer par leurs cinq sens, de re-vivre les scènes du passé, de retrouver les lieux de vie, les visages des proches.

Alors, doit-on se rappeler nos vies passées et quand la mémoire doit-elle revenir ? Tout le monde n’a pas l’opportunité ou les moyens de passer par un thérapeute expérimenté.

Dans le livre de Michaël Newton, j’ai trouvé des réponses ou plutôt des confirmations de la certitude que l’on élabore un projet de vie, quand nous nous trouvons prêt à nous réincarner.

Il est dit dans ce livre que nous choisissons à l’avance, le cours principal de notre vie, mais qu’il existe toujours des options qui sont également riches en enseignements.

Nous avons des signes de reconnaissance sur notre route pour nous guider sur notre chemin, des indices précis, mais il ne faut pas trop intellectualiser les événements futurs. En suivant son intuition, l’on reconnait ces indices, petits cailloux semés sur le chemin (comme l’aurait fait le petit Poucet).

Il est dit aussi que le karma n’est que le résultat des actions positives et négatives accomplies au cours de la vie. C’est une loi de causalité et de justice dont nul ne peut y échapper. Et le critique le plus sévère qui soit, envers nos actes passés, c’est nous-mêmes.

Migration de l’âme dans le corps: quand, pourquoi…

J’ai fait le rapprochement entre deux livres: « Les neufs marches (de Daniel Meurois et Anne Givaudan) et « Un autre corps pour mon âme » (de Michaël Newton).

Dans le premier livre, les deux auteurs qui ont l’habitude de voyager dans l’astral racontent comment ils ont suivi pendant 9 mois la grossesse d’une femme et comment ils communiquaient avec l’âme qui allait s’incarner, comment elle vivait les métamorphoses durant la grossesse de sa future mère et pendant la naissance.

Dans le deuxième livre, des personnes sous hypnose, racontent leur mort, leur état et leur « vie » entre deux vies terrestres et la renaissance.

Pendant la grossesse, l’âme peut faire des allers et retours entre l’enfant en gestation et l’au-delà. Elle commence à le pénétrer quand commence le premier mouvement du coeur du futur corps (c’est-à-dire vers le 21 ième  jour après la procréation physique)-« Les neufs marches ».

« Oh, certaines âmes flottent plus que d’autres, entrant et sortant du corps du foetus jusqu’à la naissance… « – Un autre corps pour mon âme ».

Comme il est nécessaire que l’âme  se synchronise avec le cerveau du bébé, il y a un travail à faire pour s’ajuster à cet ego humain, lui offrant une force spirituelle. -« Un autre corps pour mon âme » et « Les neufs marches ».

En faisant des rapprochement avec celui de Ian Stevenson, « Réincarnation et biologie », il est dit que l’amnésie est imposée au seuil de chaque vie, afin que les expériences passées n’inhibent pas notre découverte de soi dans le présent.   Car se souvenir d’une vie antérieure est souvent une expérience difficile à vivre. Les enfants éprouvent des difficultés d’identité. D’autres, conscients d’être dans un petit corps, alors qu’ils ont souvenir d’un corps d’adulte  ou qui se souviennent d’une vie comme personne du sexe opposé, ont beaucoup de mal à accepter ce corps.

Dans le livre « les neufs marche », l’âme qui entre la première fois dans le corps de l’enfant:  » J’ai eu un peu mal. C’était une pesanteur sur la poitrine et une forte nausée. Mais pendant quelques instants, j’ai surtout cru que j’allais étouffer, que j’étais immense, complétement dilatée dans quelque chose de minuscule… »,

Dans le livre « Réincarnation et biologie », une petite fille : « Ne m’appelez pas Dulcina. Je suis Zeca, un homme et je suis marié ».

Bien que l’amnésie nous empêche d’avoir pleinement conscience d’un plan de vie préétabli, notre inconscient détient la clé qui mène au souvenir du scénario global de notre vie.

Et puis il y a la promesse des deux âmes (mère et enfant), d’accomplir  leur « contrat ». Comparant la vie à une pièce de théâtre cosmique, nous y jouons le rôle principal. Ne dit-on pas que nous vivons chacun, dans notre monde. Les personnages qui compteront dans notre vie, nos partenaires  de vie (parents, frères et soeurs, enfants, etc.) ont fait le choix, avant de revenir sur terre, pour jouer tel ou tel rôle.